Att, mendiant public et privé
Source : Le Prétoire : Dernière Mise à jour : 22/11/2012
Lu : 652 fois

Quand, il était Président du Mali, Att fréquentait assidument Kaddafi, pas pour les beaux yeux du Guide, mais pour sa générosité sans borne. Lui et sa famille prenaient des vacances chez le Guide.

A la réception de la cite administrative, financée par Kadhafi, Att a soigneusement éviter de saluer sa mémoire pour ne pas froisser les nouvelles autorités et protéger ses intérêts logés en Libye.
De Dakar, il continue à tendre sa sébile à des chefs d’Etats étrangers tels que le Président de la Guinée Équatoriale qui vient de lui  remettre une somme rondelette. Comment fait on honneur à son pays, en restant digne  dans sa décadence, mais pas en continuant à quémander aux nantis du jour. Il se fait passer pour un pauvre parmi les pauvres. Alors qu’il n’en est rien. Son train de vie et celui de sa famille n’a échappé à personnes, un pays qu’il a mis en lambeaux avant de filer à l’anglaise.  Aucune commission rogatoire n’a encore été mise en place pour traquer ses avoirs. Pour éviter des dépôts massifs dans les banques, les Att ont opéré grâce à des sociétés écran, racheté des entreprises nationales grâce  à des prêtes noms et ouvert des comptes dans les pays limitrophes aux noms de leurs enfants et de leurs beaux fils.
Au lieu de vivre une vie sans tapages, après avoir planqué ses avoirs, Att consume le peu de grandeur qui lui reste en menant un grand train de vie nécessitant des ressources plus importantes. Ainsi il s’est abonné à la charité des riches présidents du continents toute honte bue. Quand saura-t-il  que c’est l’honneur du Mali qu’il abime ?
N.D





Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>